Uniformisation des cultures ?

Posted on Wednesday 25 March 2009

Je ne sais pas trop par quel hasard je suis arrivé sur l’article suivant : So You Wish to Pillage our Homeland? OK, but…. Je me dois de réagir. En particulier l’évidence ordinaire me fait tiquer :

Globalization leads to the homogenization of minds.

L’échelle historique étant le siècle, comparons 1909 et 2009. Le Français moyen de 2009 est certes relativement proche culturellement du Japonais moyen de 2009, beaucoup plus que le Français de 1909 avec le Japonais de 1909. Le Français de 2009 est même sans doute plus proche du Japonais de 1909 que le Français de 1909, et le Japonais de 2009 plus proche du Français de 1909 que le Japonais de 1909. Mais … de quelle culture parle-t-on ? Prenons la définition de l’UNESCO suggérée par wikipedia :

Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances.

Le doute me saisit, car si l’on remonte un peu plus tôt que 1909 :

  • Les arts et les lettres sont l’apanage d’une petite élite, et principalement inaccessibles à la majorité de la population.
  • Le mode de vie dominant est celui de l’agriculture de subsistance.
  • Les droits fondamentaux de la majorité de la population sont réduits à leur plus simple expression.
  • Les systèmes de valeurs, traditions et croyances sont, à très gros traits, construits autour de la religion qui appuie l’organisation sociale.

Ainsi l’évolution principale des esprits me parait plutôt leur libération par le progrès économique (et la mondialisation qui va plus ou moins avec ? Lourd sujet qui n’a rien à faire ici).

Je schématise outrageusement, et l’on m’opposera des milliers de contre-exemples, et toute l’étude de l’histoire culturelle, mais il me semble que la culture était assez uniforme dans le monde pré-industriel par rapport à maintenant, en ce sens que le paysan japonais de 1809 (pour reculer un peu) est beaucoup plus proche du paysan français de 1809 que ne l’est notre Français moyen de 2009. Ce qui semble vraisemblable en regardant la culture au sens large et de très loin me paraît plus discutable sur l’échantillon réduit de la culture “art et lettres” qui nous parvient. On y trouve quand même plus de similitudes que sur une “distribution aléatoire” des caractéristiques.

Après il y a l’effet évident de la mondialisation : la culture de quelque part se transmet plus facilement ailleurs. Évidence dangereuse : cette culture en devient influencée par “ailleurs”. La culture mondialisée telle qu’on peut la vivre est extrêmement mouvante et s’adapte naturellement aux spécificités locales. Le mac teriyaki au Japon ou la poutine à la place des frites au Québec. Évidence dangereuse : on l’associe trop facilement à des pays, qui nous permettent de calquer nos modèles mentaux périmés de guerre entre états-nations. En particulier la mondialisation a souvent lieu beaucoup plus à l’échelle régionale que mondiale.

Mais l’autre effet est de créer de la diversité à l’intérieur d’entités qui étaient principalement uni-culturelles. Pas forcément des pays, mais des régions, des communautés, qui sont brassées ou influencées par une culture extérieure. Dans la littérature on parle d’hybridisation ou de glocalisation du monde. La différence culturelle entre mon voisin et moi a fortement augmenté, ce qui me parait beaucoup plus important pour ma vie que le rapprochement concomitant entre le Japonais moyen et moi. Plein de conséquences que je ne détaillerai pas ici, et qu’on classera volontiers dans des catégories “positives” ou “négatives”.

Résumons :

  • La culture s’affranchit des contraintes de survie : facteur de diversité
  • La culture d’un endroit se répand plus facilement à d’autres : facteur d’uniformité
  • La culture à l’intérieur se diversifie en raison des influences extérieures : facteur de diversité

Quel effet agrégé ? Aucune idée. Mais il me semble imprudent de parler trop rapidement de l’uniformisation des cultures. Et tout aussi imprudent d’utiliser le niveau “pays” pour son raisonnement. Et de présenter la perte de diversité comme un mal en soi si elle résulte d’un choix plus ouvert :

quel effet pour l’individu ? J’ai le choix. La mondialisation me donne accès à des dessins animés japonais, des séries américaines, des films indiens, de la philosophie boudhiste … Mieux, le brassage qu’elle crée me permet de faire mon choix sans devenir un paria au sein d’une société uni-culturelle. A moins de considérer la culture comme un concept figé, l’individu me paraît gagnant, et en particulier le lecteur moyen de ce blog.

Pour finir sur l’article, il me semble que l’utilisation de noms de cultures étrangères est parfaitement anecdotique, et pas particulièrement nouvelle. On va chercher l’inspiration de noms exotiques où l’on peut. Pour reprendre l’exemple proposé, je ne pense pas que l’origine de quelques noms de Last Exile le rende plus agréable à ma maman, professeur de latin de son état. Ni que cette origine ne m’ait apporté quoi que ce soit à son visionnage. Ni qu’elle ait particulièrement homogénéisé ma culture ou celle de ses spectateurs japonais.


13 Comments for 'Uniformisation des cultures ?'

  1.  
    Nixou
    25 March 2009 | 14:05
     

    Dis donc: t’es sûr que t’as pas oublié un ou deux siècles là? Non parce que:

    “Les arts et les lettres sont l’apanage d’une petite élite, et principalement inaccessibles à la majorité de la population.”

    Heu…. l’école publique, la massification de l’écrit via la presse, les chefs d’œuvres désormais beaucoup plus accessibles qu’avant, ça compte pas?

    “Le mode de vie dominant est celui de l’agriculture de subsistance.”

    Il y a eu la révolution industrielle, l’urbanisation de la population a déjà commencé, la gestion du transport des biens périssables est déjà un problème.

    “Les droits fondamentaux de la majorité de la population sont réduits à leur plus simple expression.”

    D’accord le droit de vote des femmes a encore des progrès à faire, mais il y a déjà le suffrage universel masculin, la liberté de la presse est à peu près garanti, les parlements sont élus

    Quant au poids de la religion, je suis de ceux qui pensent que les religions sont très fortes pour “annexer” et se proclamer responsables de bon nombre de traditions et règles sociales qu’elles n’ont pas initiées (et parfois combattues sans succès)

    Si tu était remonté, disons, à 1809, ou mieux, à 1709, là l’argument aurait pu se comprendre, mais là, franchement…

  2.  
    25 March 2009 | 15:27
     

    Je ne sais pas assez francais pour l’ecrire, j’ecrivirais en anglais (desole)

    I agree with your main point. I made a mistake which I make all too often: I forget that culture/civilization was really the private domain of a small elite not so long ago. I think many people make that mistake: they will say: oh wow, how come people today are not as smart as those Renaissance men? When in fact, the peasantry (majority of population) was much less educated back then than our own common man (the descendant of the peasants).

    The difference today would be that even the elites around the world are being homogenized (as Deleuze says, even the capitalist is a slave of capital).

    However, I think there is a danger in your last statement. You say you have a choice, you can choose indian films, american series or buddhist religion but in fact what you choose from are debased “shadows” of these things. Even religion (especially religion) as it comes from bestselling books like “Buddhism for Dummies”. At a much deeper level, the fact that you have a “choice” will probably lead you to value each of these things much less than people who had no choice.

    Ultimately all of these choices are just clothes you put on and off, the real aim of modern man’s life being the same “happiness in front of the tv after a hard productive day’s work”.

    On Last Exile, I feel that more appropriate names would be a form of “fan service”, at least for people like me!

  3.  
    25 March 2009 | 19:26
     

    @Nixou : je crois que tu as oublié de lire le “si l’on remonte un peu plus tôt que 1909 “, qui effectivement signifie à peu près “1809, ou mieux, 1709″

    @animekritik : no worry , I will reply in English.
    My “main point” about pre-industrial culture is actually quite weak. It hides most of the differences between some foggy “peasant culture”, that is actually not so shared. Moreover, it doesn’t imply much in terms of standardization or diversification of culture. My intuition was something like “there are no minds more homogenous than those of people striving for survival”.
    But I’m very confident about my two other points :)

    I wouldn’t say you “choose shadows”. Yeah, shadows are what appears at first sight. But nothing keeps one from digging deeper in the “real” culture. Many anime fans actually took this path, starting with shonen or fanservice series, then deeper shows, then learnt Japanese and really studied Japanese culture.
    And valuing culture less because we have a choice is actually for good. Religion was important when people told you it was important and you had no choice.

    I don’t think Last Exile was made specially for peple like you (or my mother) !

    Edit : if you want an answer on your blog or a trackback I can translate my rant into almost decent English.

  4.  
    26 March 2009 | 2:28
     

    your english is great! if you have time, do answer on my blog etc..

  5.  
    26 March 2009 | 11:07
     

    “La mondialisation me donne accès à des dessins animés japonais, des séries américaines, des films indiens, de la philosophie boudhiste … ”
    >> Oui, mais non. De mon point de vue, la mondialisation seule ne suffit pas, car il reste un filtre : les éditeurs. Ce sont eux qui choisissent ce qu’ils sortent dans chaque pays ; après, ils se basent sur une demande de la population, mais cela ne permet pas non plus de tout avoir. Evidemment, si tu cherches un produit spécifique, tu peux toujours te le procurer à l’étranger, mais tu risques de ne pas l’avoir dans un langage compréhensible ou un format pratique.
    Reste le détournement des organes officiels, mais c’est illégal.

    Récemment, j’ai voulu voir l’adaptation d’une BD espagnole en long-métrage, lui-même espagnol. Ce film n’est jamais sorti en France, et si je n’étais pas tombé sur l’affiche par hasard lors d’un séjour à Madrid, je ne saurais même pas que cette BD - que j’apprécie, mais qui est quasi inconnue en France malgré une publication dans les années 80 - très populaire dans son pays d’origine, avait été portée sur grand écran.
    Pour me procurer ce film, j’ai dû feinter.

    Je me suis alors rendu compte d’une des limites de la mondialisation : il s’agit d’une mondialisation sélective.
    Si vous allez à la Fnac, vous trouvez plus de films Japonais que de films Européens (hors France et Angleterre), alors qu’il y existe une véritable industrie du cinéma. Finalement, nous ne parlons des long-métrages italiens ou allemands que s’ils sont primés à un Festival quelconque… Le reste du temps, c’est comme s’ils n’existaient pas, et nous passons sûrement à côté de perles. Vous me direz avoir vu La Vie est Belle, Gomorra, Good Bye Lenin, ou encore Cours Lola Cours, mais cela représente quoi sur l’ensemble de la production de ces pays ?

  6.  
    Gehess
    26 March 2009 | 19:38
     

    Je suis assez d’accord avec la conclusion, et j’irais même un peu plus loin, car à mon avis, la mondialisation des cultures enrichie plus qu’elle n’appauvrit.
    Depuis 60 ans, les USA arrosent le monde de leurs produits culturelles; films, alimentation, prénoms et j’en passe. En France ces produits sont maintenant largement rentrés dans les mœurs, cependant le coca n’a pas remplacé le vin, le jambon beurre domine le hamburger, le plus gros succès cinéma en 2008
    est un film franchouillard et on appelle encore la majorité des enfants par un prénom Français.
    On pourrait également parler d’halloween, succès commercial depuis quelques années en France alors que cela ne fait absolument pas partie de la tradition Française. Pour certain le 31 Octobre est fêté comme au USA, mais j’ai jamais entendu que la Toussaint “à la Française” n’était plus célébrée car la fête
    d’halloween lui était préférée. Le beaujolais nouveau est fêté au japon chaque 15 novembre, mais c’est pas pour autant que l’événement s’est substitué a l’une des très nombreuses fêtes culturelles japonaises (pas moins de 3 fêtes national au Japon en Novembre…).

    Les “xénocultures” s’ajoutent ainsi à celle traditionnellement en place, provoquant un phénomène d’addition culturelle qui me semble incompatible avec l’homogénéisation suggéré par l’auteur anglophone. Deuxièmement, je dirais qu’en réalité seul une infime part de l’ensemble culturelle d’un état va se transporter à l’étranger. Du coup, nombreux sont ceux qui, d’un pays, n’ont que quelques clichés culturelles, vrais ou faux, qui occulte souvent une richesse et une profondeur insoupçonnée. On est encore loin de la culture mondiale unique.

    Maintenant on pourrait discuter du bien fondé de cette exportation des traditions, mais c’est un autre débat.

  7.  
    27 March 2009 | 0:36
     

    @ak : will try to find some time crumbs in the corners of my weekend

    @Gemini : je ne vois pas comment la mondialisation pourrait diffuser “tout”, enfin jusqu’au jour où au choix nous parlerons tous la même langue ou disposerons de babelfishs. Mais franchement c’est devenu simple et bon marché d’apprendre une langue si l’on a la motivation. Et franchement des perles, je suis sur qu’on passe à côté de milliers, et ce sera toujours le cas. C’est un jugement a posteriori qui nécessiterait donc de regarder tout ce qui sort ailleurs.

  8.  
    Aer
    29 March 2009 | 20:01
     

    Gemini > Pas d’accord, tu prend le problème à l’envers. Bien sur que tu passes à coté de plein de choses, mais inversement, tu en découvres plein d’autres qui n’auraient jamais été accessibles sans cette mondialisation.

    La mondialisation enlève un coté “rareté” voir “fanatisme”. J’avais eu une discussion avec un ami sur le sujet du black métal, et il me disait que c’était naze, que maintenant on pouvait tout trouver, alors que le vrai fan qui, il y a vingt ans, revenait en france avec deux cd trouvés lors d’un voyage en Norvège, avait réellement un plus par rapport aux autre.

    Mais voila, le faite est que tu peux trouver des oeuvres très sympathiques de quasiment tout les pays du monde (pas encore trouvé d’oeuvres Nord-coréennes, mais ça doit exister), donc ça a un coté positif. Qu’il y ait sélection ou non.

  9.  
    Nixou
    30 March 2009 | 2:23
     

    Des œuvres Nord Coréenne?
    Ça peut s’arranger:
    http://www.youtube.com/watch?v=Hp7RkdvyDDI&feature=related
    :p

  10.  
    Aer
    30 March 2009 | 15:05
     

    Merci, merci, mille fois merci, je me sens tout imprégné de la culture de ce pays.

  11.  
    22 April 2009 | 17:10
     

    (Comment j’ai fait pour tomber ici ? ——–> [ ])

    J’ajouterais un truc pour préciser un peu plus, c’est que la mondialisation n’a l’air d’entraîner pour l’instant qu’une convergence de la culture populo-médiatique. (c’est-à-dire tout ce qui est audio, vidéo, télé, ciné)
    Mais elle n’est que très légère, et très inégale, combien de gens sur 60 millions de français lisent des mangas, par rapport au nombre de gens qui vont voir un film américain.
    La mondialisation n’influe en rien par contre pour ce qui est de la culture-civilisation (les valeurs) je pense (Bon après il y a des pays qui ont des valeurs en commun, on dit “le monde occidental” par exemple), C’est pas en regardant des films américains qu’un français perd ses valeurs fondamentales (il va aller faire la grève quand ça lui plaît pas quand même —–> [ ])

    Pour l’instant l’américanisation du monde, c’est juste sur le plan médiatique et économique. Mais c’est tout.
    En plus l’élitisme culturel ça existe toujours et toujours -> ce qui fait tomber cette thèse de mondialisation culturelle, il suffit de prendre un gars de 40 ans qui habite au 16e arrondissement de Paris, on sait déjà presque à l’avance ses goûts.
    D’ailleurs Pierre Bourdieu, dans Questions de sociologie a fait une analyse très intéressante sur les goûts qu’il désigne comme les différents choix de pratiques (loisirs), les propriétés (meubles, habits, tableaux) , il montre qu’il y a une hiérarchie liée au capital économique et culturel (en gros un déterminisme social). Du coup chaque classe a ses propres goûts, mais ce qu’il remarque aussi c’est que chaque classe veut imiter la classe supérieure, veut se démarquer de la classe inférieure, et la classe la plus dominante semble imposer ses goûts comme étant “le bon goût”.
    Donc c’est vraiment raté pour une brassage des cultures du monde étant donné que sa constatation à l’air applicable à notre monde cruel. Dans chaque pays, il y a des disparités économiques, sociales donc culturelles, donc division, donc pas brassage ni uniformisation.
    Tiens donc, cette analyse convient très bien aux monde des otakus français (je sais pas pour les autres pays), quand on voit qu’un groupe veut se démarquer des “narutards et cie”, par contre je sais pas c’est quoi comme capital qui fait cette pseudo-hiérarchie (peut-être une différence dans le nombre d’anime regardés, mais j’pense pas =P). D’ailleurs je dis souvent à mon frère que je veux des animes “qui se ne sont pas comme les autres, qui sont unique en leur genre”, bref qui se démarquent, et j’ai l’impression que c’est plutôt parce-que je veux me démarquer moi-même et des autres après avoir vu cette analyse .. x_x

    Bref, j’ai trop fait de HS là, mais je trouvais que c’était intéressant à dire, même si j’ai envie de nuancer, en disant que c’est pas qu’on est riche-intégré-dans-la-société-et-dans-l’élite (même chose pour pauvre-pas intégré) qu’on va avoir les mêmes goûts que nos semblables riche-intégré-dans-l’élite (pauvre-pas intégré) …

    Retournons à notre sujet et à sa conclusion : Pas de mondialisation culturelle très forte pour le moment. Mais une plus grande ouverture (économique) des pays, ce qui fait sortir un peu de culture étrangère -notamment populo-médiatique- (OUAIS les mangas !! xDD) pour une faible ouverture des sociétés et des mentalités (combien de gens en France ont une mauvaise vision des manga ?), ce qui fait que seule la culture populo-médiatique réussi à passer. J’ai dit “un peu”, mais pour les USA, c’est plutôt “beaucoup” mais c’est une exception à part entière.
    Par contre pour la diversité de cette culture populo-médiatique, je dirais que si on rassemble les fans de manga sur l’échelle d’un pays assez grand (petit = Bhoutan, Vanuatu ou Vatican) comme la France, on est pas grand chose.

    Vrai conclusion :
    - Mondialisation de la culture-civilisation : 1%
    - Mondialisation de la culture populo-médiatique US : entre 30 et 60% (je sais pas vraiment à quel point c’est bien diffusé)
    - Mondialisation de la culture populo-médiatique hors US : 1%
    - Mondialisation culturelle : dans 500 ans ?

    [Pour les références occidentales qu'on voit partout dans les animes, j'ai l'impression que ça relève plus de la fascination qu'autre chose. En effet les asiatiques sont fascinés par les occidentaux (et la réciproque aussi parfois). Les références proprement japonaises, c'est leur propre culture donc ça se comprend].

  12.  
    28 August 2010 | 22:41
     

    C’est dommage que tu n’entretiennes plus ton blog skav :) Moi qui n’ai jamais eu l’occasion de vraiment parler avec toi lors des irl Shin, j’en ai appris un peu plus grace à ton blog, qui est d’ailleurs très intéressant.

  13.  
    28 January 2014 | 16:54
     

    Wonderful site you have here but I was wanting to know if you knew of any forums that cover the same topics discussed in this article? I’d really like to be a part of community where I can get responses from other experienced people that share the same interest. If you have any suggestions, please let me know. Thank you!
    http://viewdesigncompany.com/0127/1301.html http://viewdesigncompany.com/0127/1301.html

Leave a comment




Information for comment users
Line and paragraph breaks are implemented automatically. Your e-mail address is never displayed. Please consider what you're posting.

Use the buttons below to customise your comment.


RSS feed for comments on this post | TrackBack URI